Wings of the ocean

Partez en mer dépolluer les océans avec Wings of the Ocean !

Envie de répandre de bonnes ondes ?

Et si cet été, vous partiez sur un voilier pour dépolluer les océans avec l’association Wings of the Ocean ? L’envie d’aventure vous prend ? Venez, on embarque !

Wings of the Ocean, l’association qui dépollue les océans

Wings of the Ocean est une jeune association qui dépollue les océans, permet de réaliser des recherches océanographiques et apprend aux volontaires à naviguer. Rien que ça !

Elle est lancée en 2016 par deux amis, Julien Wosnitza et le capitaine Sébastien Fau, des anciens membres de l’association Sea Shepherd. Le premier s’est d’ailleurs fait connaitre en 2018 avec la publication de son livre « Pourquoi tout va s’effondrer » traitant de la collapsologie (je vous laisse faire vos petites recherches sur le sujet).

Le Kraken, un trois-mâts à l’assaut du plastique et d’utilité scientifique

Wings of the ocean à l'assault du plastique
A l'assaut du plastique avec le Kraken |© Wings of the Ocean

Cette même année 2018, les deux fondateurs font l’acquisition du Kraken, une goélette construite en 1974 aux Pays-Bas. Dans le passé, elle a été bateau de pêche, bateau transport de fret puis, aujourd’hui, est devenue un bateau protecteur des océans.

Julien et Sébastien souhaitaient acquérir un bateau à voile, et rien d’autre, pour être en cohérence complète avec cette mission qu’ils se sont donnés de dépolluer les océans.

A bord du Kraken, ils dépolluent les océans des déchets plastiques, retirent les filets dérivants mais aussi, offrent une plateforme aux scientifiques pour mener à bien leurs recherches marines et notamment des études concernant le plastique et son impact sur les écosystèmes marins. D’ailleurs, à ce jour, près de 7 océanologues ont travaillé sur le navire.

Le Kraken parcoure la Méditerranée et l’océan Atlantique et se rend dans les zones polluées afin d’y récupérer le plus de plastique possible qui sera recyclé ensuite à terre. Le bateau est équipé d’un filet spécial qui permet de récolter les déchets plastiques flottants à la surface de l’eau sans capturer les poissons. L’équipe se rend également à terre sur les plages pour les nettoyer. Près de 1 500 kilos de déchets ont ainsi été récoltés.

Mais tout cela a un coût. En effet, l’association a dépensé près de 350 000 euros uniquement pour rénover le bateau. Ainsi, pour rentabiliser le projet ainsi que les frais engagés, le Kraken est également une école de voile. Il est ouvert aux éco-volontaires qui pourront à la fois participer aux actions de dépollution des océans mais aussi apprendre à naviguer. N’est-ce pas le combo parfait ?

Le Thomsea : un drôle de filet pour capturer les déchets

Début 2018, l’association Wings of the Ocean a également réussi à acheter un chalut de surface, un Thomsea (l’histoire ne dit pas si son inventeur s’appelait Tom ou Thom). Celui-ci est adapté pour collecter des déchets flottants car il les capture au sein d’un filet soutenu par un flotteur (une sorte de grosse bouée). Il se gonfle et se monte en quelques minutes et le maillage de ce filet peut changer selon le type de déchets à récupérer : branchages, déchets plastiques, etc. D’autres organismes utilisent ce procédé et cette pratique va vraisemblablement se répandre de plus en plus.

Wings of the ocean utilise un chalut surface
Un chalut de surface | © Wings of the Ocean

L’association sensibilise également à la pollution des océans

Protéger l’environnement passe également par la sensibilisation aux impacts de la pollution, notamment plastique, sur les océans. L’association multiplie donc les moyens d’informer le grand public.

Ainsi, vous pouvez retrouver sur la chaîne Youtube de l’association, des petits documentaires sur leurs différentes actions de dépollution et les étapes de leurs périples, ainsi que des vidéos sur des thématiques en liant avec le zéro déchet (tutos, conseils, etc.).

Aussi, l’association intervient dans des établissements scolaires afin de sensibiliser et expliquer aux plus jeunes les enjeux environnementaux de notre siècle.

De plus, tout le long de ses voyages, l’équipe créée des liens avec des associations locales et des opérations de sensibilisation en faveur de la cause écologique et la limitation des déchets. Elle organise notamment des conférences sur les problématiques liées au plastique et à la surpêche. Et vous pouvez y assister à bord du navire !

Embarquez à bord d’un trois-mâts pour dépolluer les océans

Vous pourriez donc partir en vacances, découvrir la navigation tout en participant à la protection de l’environnement et chanter gaiement “C’est un fameux trois-mâts !”. Et cerise sur le gâteau, n’importe qui peut participer aux actions menées sur le navire, donc pas besoin d’expérience en mer au préalable.

Que ferez-vous à bord ?

Vous participerez à la vie de la communauté et apprendrez à naviguer : matelotage, larguer les amarres, hisser les voiles, prendre son quart de navigation, aller en machine, etc. !

Et vous contribuez également à nettoyer les plages et océans de la pollution plastique.

A bord, vous assisterez à des conférences sur le zéro déchet et l’océanographie. Certaines conférences seront même tenues par des scientifiques, présent.e.s en continu sur le bateau de par l’autre mission scientifique de l’association, qui vous présenteront également leurs recherches.

Wings of the ocean permet d'apprendre à naviguer
Apprendre à naviguer et garder l'équilibre ! | © Wings of the Ocean

A quels prix ?

C’est certainement le point qui en freinera beaucoup. Préparez-vous, je ne veux pas que vous me teniez responsable d’une éventuelle crise cardiaque. Vous devrez débourser 100 euros par nuit au sein du bateau… Aïe.
Donc, en soit :

  • 7 jours : 700€
  • 10 jours : 1 000€
  • 20 jours : 2 000€
  • 30 jours : 2 900€

Cela paraît énorme en effet. Cependant, l’association l’explique par le fait qu’il y a énormément de frais d’entretien et de remise en état du bateau. Et puis, il faut également pouvoir défrayer les 14 membres bénévoles de l’équipage qui encadrent les écovolontaires à bord du bateau, au nombre de 24.

Toutefois, notez que vous avez droit à des déductions fiscales très intéressantes ! Vous bénéficiez d’une déduction d’impôts de 66% sur la somme que vous avez versée.

Si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas monter à bord, vous pouvez également faire un don à l’association via leur site internet.

Wings of the ocean sur le bateau Kraken
On ne serait pas bien là ? | © Wings of the Ocean

La météo dicte le planning du navire

Sachez cependant, que les activités dépendent de la météo et du lieu où se trouve le Kraken.

De plus, il peut y avoir des imprévus de navigation et le bateau peut ne pas arriver le jour J à l’une des escales convenues initialement. C’est aussi tout le charme et l’inconvénient de la navigation à voile. D’ailleurs, afin de savoir où se trouve le bateau et prévoir votre arrivée, vous pouvez le suivre sur Vessel Finder.

Vous pouvez réserver votre mission sur le site selon le temps que vous souhaitez rester à bord. Ainsi, il sera plus facile de déterminer à quelle période vous pourrez rejoindre le Kraken pour effectuer votre mission.

Un projet qui se construit encore

L’association souhaite mettre sur pieds (enfin sur l’eau) un projet encore plus important. L’équipe du Kraken s’est rendue compte que 90% du plastique qui part dans les océans, soit près de 800 000 tonnes chaque année, provient majoritairement de 10 fleuves : deux en Afrique et huit en Asie. L’idée serait donc d’intervenir avec plusieurs navires récupérateurs et des chaluts de surface (souvenez-vous le petit encadré sur Thomsea) pour ramasser les déchets plastiques aux embouchures de ces fleuves. Là encore, le plastique serait à terre pour être recyclé. Et l’impact serait colossal.

Pour y arriver, il faudrait que l’association puisse trouver un ou plusieurs mécènes ou entreprises afin de financer le bateau à l’année, environ 500 000 € par an. En contrepartie, il serait possible d’imprimer le logo des entreprises sur les voiles ou encore d’accueillir des séminaires de formation des salariés à la dépollution ! Bien sûr, cette démarche fera grincer pas mal de dents mais hé ! c’est le monde capitaliste les ami.e.s ! Plus sérieusement,  il y a vraiment urgence.

Une flotte de chaluts, le projet de Wings of the ocean
Des chaluts pour récupérer les déchets à l'embouchure des fleuves | © Wings of the Ocean

De plus, le modèle économique de l’association est encore instable. Pour le moment, elle repose seulement sur l’écotourisme. Sans ce fonctionnement, il serait impossible pour le navire d’effectuer sa mission.

Ajouté à cela, l’association aimerait pouvoir rendre ce séjour accessible au plus grand nombre. Elle aimerait que les participants aient simplement à débourser pour leurs repas mais aussi qu’il soit possible d’inviter des gens des quartiers défavorisés à bord du navire.

Découvrir Wings of the Ocean

Un test grandeur nature pour convaincre de la faisabilité du projet

Afin de convaincre de potentiel.le.s entreprises et mécènes, Wings of the Ocean et deux autres associations se lancent dans un test grandeur nature, à plus petite échelle, à l’embouchure du Rhône. Pour pouvoir le mettre en place, les associations ont besoin de 200 000€ afin de financer l’entretien des bateaux et les salaires des marins.

Vous pouvez les soutenir sur Leetchi.

L’avis d’Alternéthique

Les points positifs

  • Contribuer à la dépollution des océans mais aussi être mieux informé.e et d’autant plus sensibilisé.e aux enjeux environnementaux pour avoir été sur le terrain, rencontré des professionnels et assisté aux conférences.
  • Découvrir la mer, sa beauté, la navigation et une autre manière de voyager.

Les inconvénients

  • Des prix assez élevés qui ne permettent pas de rendre cette expérience accessible à tout le monde. Cependant, les différents frais liés au bateau et à l’accompagnement des volontaires expliquent ces tarifs.
  • Les aléas du temps assez contraignants qui pourraient bousculer le planning des activités et modifier votre jour d’arrivée et de départ à bord du Kraken.

Alors, ça vous dirait d’embarquer à bord et d’aller à l’assaut des déchets plastiques ?

Envie de répandre de bonnes ondes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut